La venue au monde de Joy écrit par sa maman

Nous avions si bien vécu la naissance de Naya que nous avions pour projet d’accueillir Joy à la maison,

accompagnés de notre merveilleuse sage-femme. Mais notre deuxième petit maître en avait décidé

autrement ! Plus d’un mois avant la date supposée du terme, je sentais que notre

fille était prête à nous rejoindre : des contractions puissantes, un corps qui s’alignait,

et par trois fois un réel travail qui semblait se mettre en route, puis s’arrêtait

soudainement. Forte de ma pratique en pleine présence, j’accueillais tout ceci plutôt

sereinement, y compris les moments plus agités dans mon paysage émotionnel.

Mais c’était là un comportement qui semblait questionner, voire provoquer, et je

n’entendais pas en moi la ou les réponses. Alors j’ai fais appel à la personne la plus

à même d’entendre, transmette et transmuter ce qui se jouait là : Florence, ma

chamane. S’en est suivi un voyage chamanique d’une puissance inouïe qui a

culminé, dix jours plus tard, par la petite main de Joy prenant appui sur mon vagin

pour ensuite s’éjecter toute seule de l’utérus et prendre son envol dans cette drôle

de vie humaine :) , atterrissant dans les mains de son papa avec pour spectatrices

ébahies une brochette de sages-femmes et gynécologues.

Si la naissance de Naya était air et eau, celle de Joy était Terre et feu, et eau aussi.

Le contexte ne nous permettant pas d’être en présentiel avec Florence, tous ses

accompagnements se sont déroulés à distance… et pourtant !

Pour Naya il m’a été demandé d’apprendre à surfer la fluidité de la vie, d’être la

planche qui épouse et la vague qui porte. D’aller réveiller en moi la tendre Mère

nourricière, celle qui est capable de tout tenir dans ses mains d’amour. Pour Joy, il

m’a été demandé de réveiller depuis la profondeur de mes entrailles un volcan

endormi, de conjurer des flammes et me tenir au centre du brasier en chantant, de

rire, pleurer et chanter la lumière pour aider la Terre à accoucher de cette deuxième

petite fille des étoiles. C’est la femme sauvage que je suis allée chercher, la femme-

lionne libre, souveraine et puissante. La Joie qui a fait éruption ce jour-là n’avait rien

de tendre, elle a jailli comme jaillit une folie, comme le son rauque d’un rugissement

qui naît au plus profond de la poitrine et libère la gorge au passage.

Bientôt trois mois plus tard et je sens combien cette re-co-naissance de la puissante

souveraineté qui m’habite m’accompagne depuis. Elle est d’une liberté indomptable,

cadeau bien pesé pour traverser cette période d’eaux troublées.

Les évènements survenus dans notre famille depuis et avec l’arrivée de Joy

m’apprennent à choisir cette libre joie qui m’habite y compris lorsqu’elle semble

s’opposer à des idéaux pourtant bien enracinés. Sur ce chemin aussi, une fée

nommée Florence, une autre nommée Annie m’aident à aiguiser mon sens du

discernement, joie et fluidité devant.

Naya, Joy ; merci les filles de me révéler à la Vie en vous la donnant !

De me révéler à l’Amour puissant, fibre essentielle depuis laquelle se tissent tous les

fils du vivant.

Merci à votre Papa de s’improviser tisserand à mes côtés chaque jour.

Je vous Amour :)

27/11/2020

 

 

Newsletter

Réglage des paramètres de cookies

Chers utilisateurs, ce site stocke les cookies sur votre ordinateur. Ils ont pour but d'améliorer l’expérience de votre site Web, tout en vous fournissant des services plus personnalisés.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Politique de confidentialité. En acceptant les cookies, vous consentez à leur utilisation. Vous pouvez également paramétrer ces derniers.

Si vous refusez, vos informations ne seront pas suivies, au moment de visiter ce site. Un seul cookie sera utilisé dans votre navigateur pour mémoriser votre préférence de ne pas être suivi.

  • Régler les paramètres
  • Accepter tous les cookies et continuer vers le site